Vote budget CPAS de Tournai 2016 – Écolo

Avant de nous positionner sur ledit budget, nous aimerions présenter brièvement les points qui détermineront notre positionnement. Indépendamment de nos observations, nous souhaitons féliciter l’administration, et plus particulièrement le service financier et sa Directrice FF, qui ont, dans les circonstances que nous connaissons, relevé un fameux défi. Qu’ils en soient remerciés.

 

  1. Une des justifications qui nous est donnée pour ne pas accéder à la demande d’audit de notre collègue représentant la famille humaniste, est qu’une enquête judiciaire est en cours. Dès lors, on nous dit qu’un éventuel “Audit” ne peut que s’avérer contre-productif et “impraticable”.  Malheureusement,  cette argumentation pourrait aussi se justifier en ce qui concerne le budget. En effet, nous savons qu’une fraude conséquente a été détectée. Si le montant de cette fraude semble représenter un élément important, à nos yeux, il y a encore plus important: comment ces comptes frauduleux étaient-ils alimentés? Quel en était l’artifice comptable, le modus operandi? Tant que nous n’avons pas la réponse à ces questions, le doute persistera sur la justesse des chiffres avancés.

 

  1. Ce n’est pas un secret, la décision de fermer le service de médiation de dettes ne correspond pas, à notre sens, à une mesure économique pertinente. Pour nous, il s’agit d’un recul social et moral qui ne se justifie pas. Nous le voyons pratiquement à chaque comité, la fermeture de ce service impacte le budget de l’aide sociale. Désormais, les anciens bénéficiaires de ce service sont plus que jamais exposés à leurs créanciers. Nous pensons qu’il n’existe, à ce jour, aucune mesure structurelle crédible  qui permette d’encadrer les médiés jusqu’à ce qu’ils puissent profiter de la législation sur le règlement collectif de dettes (+\- 9 mois d’attente). Ni l’associatif, ni l’ordre des avocats n’ont pris le relais. Néanmoins, nous restons confiants quant à la volonté  politique de répondre favorablement à la demande d’Ecolo en concluant un partenariat (avec un autre CPAS) visant à assurer un service de médiation mobile dont le cadre de travail restera à définir. En attendant, rien ne nous indique, dans ce budget, que nous en prenons le chemin. Normal nous direz-vous vu que rien n’est conclu à ce jour! Certes, cela étant nous avons un budget pour le “fonds énergies”. Or, nous savons qu’avec la suppression du service de médiation de dettes, sans partenariat avec un autre CPAS, nous risquons également de perdre l’agrément pour notre “fonds Énergies”. Or, en maintenant ce “fonds énergies” dans notre budget 2016, nous affichons notre ambition de garder celui-ci. Nous aurions aimé partager la même ambition pour la création d’une structure de médiation mobile.

 

  1. A peu de chose près, nous constatons que le budget consacré à l’aide sociale reste relativement stable (15.150.196,00 € de dépenses pour 2015 et 15.650.783,00 € de dépenses pour 2016). Si nous comprenons cette prudence, nous ne partageons pas le même optimisme. Aux mesures d’exclusions du chômage qui impactent déjà notre budget actuel, de nouvelles mesures prises par le gouvernement fédéral sont entrées en vigueur au 1 septembre 2015. Elles portent préjudices aux nombreux jeunes de moins de 25 ans qui ne pourront plus prétendre à une allocation d’insertion. Ces politiques de “transferts” de charges du Fédéral vers nos entités locales, auxquelles s’ajoutent d’autres problématiques sociales, viendront, selon nous, greffer  notre budget de façon bien plus importante que ce que nous prévoyons.

 

  1. Nous partageons pleinement la volonté de former continuellement notre personnel. Néanmoins, nous pouvons constater que les budgets “formations” connaissent une augmentation pouvant aller jusqu’à 300% par rapport au budget 2015 et même jusqu’à 900% par rapport au compte de 2014.

 

Exemple: Home Valère Delcroix (compte 2014: 980 € – Budget 2015: 3.569 € – Budget 2016: 8.569 €).

 

Consoude (compte 2014: 640€ – Budget 2015: 2.576 € – Budget 2016: 4.076 )

 

Les Oliviers (Compte 2014: 90€ – Budget 2015: 1.076 € – Budget 2016: 4.076)

 

Cette augmentation semble récurrente. Si l’installation  du nouveau logiciel informatique peut, en partie, justifier ces augmentations dans les maisons de repos, qu’en est-il dans les autres services? Avions-nous fait des économies forcées sur ce poste les années précédentes? Si tel est le cas, pouvons-nous considérer que les budgets prévus à ce jour sont représentatifs d’une gestion “ordinaire” en terme de formations?

 

5. Les investissements en “location logiciels informatique” pour les MR qui devront fermer prochainement sont-ils transposables en l’état pour MR Kain2 ? (Exemple: MR Saint-Joseph 10.670 €).

 

6. Dans les MRS, nous pouvons assister à une diminution du budget alloué au traitement du personnel soignant (EX: Home Grugeon 706.068 € pour 2015 et 664.097 € en 2016 – idem pour St Jospeh, Moulin à cailloux). N’y a-t-il pas des normes d’encadrement à respecter? Étions-nous au-dessus de ces normes?

 

7. Le budget à l’extraordinaire pour 2016 s’inscrit dans la continuité du précédent. Nous sommes assez d’accord avec son contenu. Cela étant, 1-2 questions persistes:

 

  1. N’envisagions-nous pas de demander à IGRETEC de rendre une nouvelle étude de faisabilité  sur le “reconditionnement” du bâtiment de la rue Doublet? Aucun budget n’est inscrit en ce sens pour 2016.
  2. Dans la rubrique “vente de bâtiment divers” nous prévoyons un budget en forte diminution (1.107.670 € en 2016 pour 2.800.000 € en 2015). Nous imaginons que la vente des Anciens prêtres peut expliquer, pour partie, cette différence si elle se trouve bien imputée à l’exercice 2015. Au-delà de ces considérations, quelle politique souhaitons-nous privilégier en la matière? Matériellement, nous n’avons plus les moyens d’entretenir de nombreux bâtiments qui, pour beaucoup, sont inoccupés par faute de moyens (exemple des pavillons “Parents” inoccupés car l’installation électrique n’est plus conforme). Que prévoyons-nous pour ces bâtiments se trouvant dans cette situation?

 

 

En conclusion,

 

Nous le savons, les perspectives budgétaires sont catastrophiques. D’un déficit à l’exercice propre de 847.048,99 € prévu pour 2017, la situation va continuer à se dégrader pour atteindre un déficit prévisionnel  de 1.227,822,04 € en 2021.  Quelle ligne politique souhaite adopter la majorité pour prévenir, autant que possible, ce désastre qui s’annonce? Dans le personnel,  Beaucoup craignent une nouvelle vague de licenciements.   Les syndicats parlent d’une privatisation des maisons de repos.  Si toutes ces craintes relèvent, à ce jour, de simples supputations, il n’en demeure pas moins vrai que nous ne sommes pas en mesure de couper court à ces rumeurs pour la simple et bonne raison que nous n’avons pas encore adopté une politique budgétaire nous permettant de dégager un horizon plus favorable. Sommes-nous en mesure de prendre seul les décisions économiques et politiques qui s’imposent?  Comment garantir un service public pérenne dans ces conditions? Doit-on s’inscrire davantage dans une collaboration  avec le secteur associatif dans son ensemble?  il y a bien la volonté de travailler avec d’autres CPAS mais est-ce suffisant sachant que ces difficultés se vivent aussi ailleurs?

 

Sur base  des éléments évoqués ci-dessus, conscient aussi que des décisions politiques doivent être prises à d’autres niveaux de pouvoir et que l’administration attend que le politique donne le “cap”, nous ne pouvons que constater qu’à ce jour aucune perspective structurelle se dégage. Or, adopter un budget nécessite que l’on puisse inscrire celui-ci dans une perspective pluriannuelle avec des objectifs politiques quantifiés et quantifiables. Malheureusement, ce n’est pas le cas à ce jour.

 

En accord avec nos instances, Écolo décide de voter contre ce budget.

 

 

Jean-François Letulle

Conseiller CPAS

Ecolo Tournai

 

 

 

Liaison Seine Nord

La réponse de l’Europe est attendue pour octobre, pas avant.

Voici la position du gouvernement français.

Alain Vidalies secrétaire d’état aux transports a annonca le 18 juin qu’il a décidé « de poursuivre résolument le projet de canal Seine-Nord Europe en prenant trois décisions pour organiser la phase opérationnelle du chantier ». « Celles-ci répondent à l’objectif d’un lancement de l’opération en 2017, conformément aux engagements pris par le Premier ministre », explique-t-il dans un communiqué.

Les trois décisions du gouvernement :

- Voies Navigables de France (VNF) est chargé de la préfiguration de la société de projet du canal Seine-Nord Europe. L’objectif fixé par le gouvernement est de disposer, à l’automne, de propositions sur les règles constitutives de cette société. Ces propositions s’appuieront sur l’avis des collectivités territoriales, et serviront de base à l’ordonnance de création de la société.

- Les discussions vont être engagées sous l’égide de coordonnateurs qui seront prochainement désignés pour consolider et finaliser le financement du projet à travers la conclusion d’un protocole de financement du projet, réunissant l’État et les collectivités territoriales.

- La préfète de région Picardie, préfète coordonnatrice du projet, Nicole Klein, est chargée d’assurer la mission de coordination de la démarche « Grand Chantier », ainsi que les démarches administratives et réglementaires. Elle aura en outre la mission d’animer les démarches de démocratie participative, comme préconisé par le rapport Pauvros, en lien avec la future société de projet et les collectivités territoriales.

« Ces décisions permettent à la France d’être au rendez-vous des défis européens pour la construction de ce projet d’ampleur, qui répond à l’ambition du transport fluvial et du report modal des marchandises », indique Alain Vidalies.

 

 

 

 

 

Pont des Trous

Monsieur le Bourgmestre,

Conformément au règlement d’ordre intérieur du conseil communal, je me permets de  poser une question orale lors du conseil communal de ce 29 juin 2015 :

Consultation populaire relative au Pont des Trous : demande de clarification des projets soumis à consultation .

Le groupe ECOLO a demandé l’organisation d’une consultation populaire en avril dernier afin que les Tournaisien(ne)s puissent s’exprimer sur l’avenir d’un monument emblématique de la cité.

La décision de consulter la population a déjà suscité beaucoup de réactions.

Le groupe ECOLO se réjouit que le débat public soit lancé dès maintenant et espère que les Tournais(ne)s se mobiliseront pour donner leur avis lors de la consultation, comme viennent de le faire les Eupennois  ce 14 juin (taux de participation :  33% ).

Sur la place publique tournaisienne s’expriment des frustrations, des interpellations et des propositions constructives. Des architectes locaux proposent de nouvelles esquisses.  Des associations de défense du patrimoine s’expriment également avec pertinence .  Le groupe ECOLO retient particulièrement l’analyse réalisée par la Fondation Pasquier Grenier : « Le bureau d’ingénieurs chargé d’élaborer les différentes versions a travaillé sous la guidance d’un Comité d’accompagnement qui a privilégié une seule des versions proposées, la version métallique, au détriment de celle de pierre. Seule cette version métallique a ensuite vu son élaboration s’affiner. Pasquier Grenier constate dès lors que le choix semble s’ouvrir entre une version portée à maturation et une autre restée « en rade » depuis deux ans et donc non-aboutie. La pertinence de la consultation requiert pourtant de pouvoir choisir entre des versions ayant bénéficié des mêmes soins d’élaboration. Une version alternative mi-pierre/mi-acier vient de paraître dans la presse , issue du milieu des architectes. Même si elle ajoute malheureusement à la confusion des esprits en l’état actuel du dossier et de la consultation prévue, Pasquier Grenier constate qu’elle n’est pas inintéressante et qu’elle fait regretter que cet enjeu majeur du retraitement du pont des Trous n’ait pas été l’objet d’un ambitieux concours d’architectes, ouvrant à de véritables créations. Le choix des Tournaisiens ne portera donc « que » sur deux versions à la maturation inégale issues d’un seul et même bureau d’ingénieurs, aussi prestigieux soit-il »

 Si la consultation populaire est un moyen intéressant de faire participer la population au processus de décision, il faut effectivement que le choix porte sur des projets aboutis.  Le groupe ECOLO est très sensible aux arguments invoqués par cette association. Le groupe ECOLO regrette aussi qu’il n’y ait pas eu de concours d’architectes. Le Collège a confié le dossier d’élargissement de l’Escaut à un bureau d’ingénieurs- architectes mais celui-ci est accompagné de l’agence AMNA pour le traitement des quais.  Dans le même ordre d’idées, un concours d’architectes aurait pu être organisé pour le projet Pont des Trous. Malgré ces regrets exprimés par beaucoup de Tournaisiens,  le dossier doit poursuivre sa route tout en tenant compte de leurs remarques.

En avril 2015, le  conseil communal a fait preuve d’une ouverture d’esprit sans précédent à Tournai en invitant la population à participer à la décision finale.  Nous demandons de poursuivre dans cette voie d’ouverture et de permettre au bureau d’ingénieurs de présenter des projets aboutis.

Nous demandons au Collège de nous préciser à quel moment les projets aboutis  seront présentés au public. C’est une étape très importante pour la réussite de cette première consultation populaire à Tournai.

Veuillez agréer, Monsieur le Bourgmestre, l’expression de mes sentiments distingués.

La réponse de l’Echevin Robert Delvigne est loin d’être claire. Je lui posais une question de fond sur la teneur des projets architecturaux soumis à l’avis de la population et il me répond en termes d’organisation pratique ( envoi de convocations, information par le Tournai info….). Suite à mon insistance, il précise quand même que les projets soumis à consultation sont ceux qui  avaient été présentés en 2013, lors du débat public organisé par No Télé. Mais aucun mot sur les améliorations qui auraient été apportées à au projet  en résille par le bureau Greisch .

Qu’en penser ?  Le Collège ne veut rien confirmer et présentera les projets à la population au moment qu’il juge opportun ! Pour la transparence, c’est encore loupé cette fois-ci !

Le droit du prince

interpellationCCTCe lundi 30 juin à 19h30 avait lieu le conseil communal de Tournai. Un conseil communal comme les autres, présidé par Monsieur Demotte, sauf qu’un citoyen a interpellé le collège, ce qui n’est pas courant. C’était la deuxième fois qu’un Tournaisien usait de son droit d’interpellation voté en 2013 et inscrit dans le Règlement d’Ordre Intérieur du conseil communal. Ce jeune homme, interpellait le collège sur le Plan Communal Cyclable.
Lire la suite

Un grand marché au centre-ville le samedi matin

Un grand marché au centre-ville le samedi matin, c’est un rève des écologistes tournaisiens depuis de nombreuses années.


Petit retour dans l’histoire récente de Tournai: entre 2002 et 2005 se déroulent de grands travaux de rénovation dans le quartier de la cathédrale, de la place St Pierre et des quais. A ce moment, le Conseil Communal, contraint et forcé, décide de déplacer ces petits marchés qui faisaient le charme de notre centre-ville le samedi matin. Rappelez-vous le marché aux fleurs à la bien nommée Place des Acacias (place Paul Emile Janson actuellement), le marché aux fruits et légumes sur la Place St Pierre, le marché aux volailles sur le quai des Poissonceaux. Nous, écologistes, pensions comme beaucoup de Tournaisiens et des ambulants également que ces petits marchés refleuriraient quand les travaux seraient terminés. Lire la suite

3ème fête interculturelle

interculturelleLa plateforme d’accueil pour l’intégration des étrangers à Tournai a le plaisir de vous inviter à sa 3ème fête interculturelle.
Au programme :
- 18h : ateliers gratuits pour enfants, animations, bar, exposition : « La bibliothèque orientale » : sur les traces des écrivains voyageurs du 19e siècle.
- 18h30 : Verre de l’amitié offert, présentation des activités de la plate-forme Lire la suite